5 poissons aux mille couleurs

La vie sous-marine regorge d'espèces toutes aussi fascinantes les unes que les autres.

Publié le 09/05/2022

Dans cet article spécialement dédié à nos amis à écailles, nous vous présentons 5 espèces de poissons qui vous en mettront plein les yeux, que ce soit par leurs couleurs chatoyantes ou bien les motifs de leur robe, dignes de vos rêves les plus fous. 

Plus-beaux-poissons-du-monde

Des habitudes des plus beaux spécimens en passant par leur mode de vie, nous vous dévoilons les plus beaux secrets de la vie sous-marine au travers une palette de couleurs excessivement riche. 

Plonger-poisson-perroquet

1) Le poisson-perroquet arc-en-ciel 

Le poisson-perroquet, l'un des plus beaux poissons des eaux tropicales, fait le plus grand bonheur des plongeurs. Bénéficiant d’un éventail de couleurs et de motifs vibrants, il est difficile de le manquer lorsqu'on part en plongée dans les eaux tropicales. Il appartient à la famille des Scaridae et il existe près de 100 espèces connues à travers le monde. La taille du poisson-perroquet arc-en-ciel peut varier de 20 cm à 120 cm (il s’agit du plus grand représentant de sa famille, devant le perroquet à bosse indonésien), pour une taille moyenne de 30 à 40 cm quand on le rencontre généralement en plongée. Le poisson-perroquet arc-en-ciel habite les récifs tropicaux et d'autres environnements marins de la région Indo-Pacifique, de l'Afrique orientale et du Pacifique occidental. Leur incroyable coloration est une source d'émerveillement pour les plongeurs, cependant, ce sont surtout les individus les plus jeunes qui proposent des colorations vraiment époustouflantes et variées. En effet, chaque poisson possède une livrée bien particulière, changeante d’une écaille à l’autre, d’ailleurs, leur corps a tendance à devenir verte/marron en vieillissant, adieu jeunesse ! 

Comme tous les autres représentants de sa famille, son intestin dissout les minéraux présents dans les coraux et les éponges pour former une structure conique composée en grande partie de sable, qu'ils excrètent en nageant sur les fonds-marins. A ce sujet, les scientifiques ont estimé qu'un grand poisson-perroquet peut rejeter jusqu'à deux tonnes de sable par an à lui seul ! Incroyable, non ?

Le poisson perroquet arc-en-ciel est un véritable maître de l'adaptation, ayant su s'adapter aux différents environnements de la planète, des récifs coralliens aux forêts de mangroves. Son rôle de brouteur corallien, limitant le développement d'algues nuisibles à la croissance des coraux durs représente un réel atout écologique au sein des récifs du monde entier. C’est pourquoi, depuis 2020, toutes les espèces de poissons-perroquets sont strictement protégées dans plusieurs régions du monde, notamment aux Maldives.

Plonger-avec-baliste

2/ Le baliste clown

Le baliste clown, ou Balistoides conspicillum, est un poisson tropical originaire de la zone Indo-Pacifique. Sa taille moyenne peut atteindre 50 cm de long et il peut peser jusqu'à 2 kg (bien que cela soit relativement peu commun). C'est un habitant relativement rare des récifs coralliens, de plus il apprécie vivre en solitaire, vous allez devoir compter sur le facteur chance pour l’observer ! Leur famille fait partie de l'ordre des tetraodontiformes, ce qui signifie qu'ils ont quatre crocs dans la bouche, tout comme les poissons-coffre ou les diodons. Ces poissons sont trapus et lents, mais possèdent une mâchoire puissante et des épines pour se défendre des prédateurs. Ils se nourrissent principalement d'oursins, de crabes, de mollusques, de tuniciers, de vers tubulaires et autres crustacés des récifs coralliens. Le baliste clown peut être trouvé près des récifs et des lagons dans des eaux peu profondes. Sa coloration est souvent d’un brun foncé, avec des marques blanches sur son corps et des taches jaunes et noirs, faisant penser à la robe d’un léopard. Le majestueux baliste clown possède également une bouche large et proéminente, des lèvres épaisses et cylindriques. 

Captivant de par ses couleurs, le baliste clown est connu pour sa robe psychédéliques qui brille dans l'eau sombre. Celle-ci est bien particulière, en effet, ce poisson est entièrement recouvert d'écailles épaisses qui ressemblent à une armure, et ce particulièrement au niveau dorsal. Sa colonne vertébrale possède également la particularité de se « verrouiller », ainsi, le poisson ne peut être déplacée par aucune force extérieure mis à part lui-même. Cela lui donne un avantage lorsqu'il se cache dans des crevasses étroites au fond de son environnement pour échapper à d’éventuels prédateurs. A ce moment-là, il exerce un déploiement de sa nageoire dorsale et ventrale pour se fixer dans les failles ou interstices qui se bloquent et lui permettent alors de rester en place jusqu’à ce que son environnement soit moins hostile. Petite anecdote plongeur : on reste toujours sur ses gardes quand on plonge proche d’un baliste car son tempérament parfois belliqueux peut le pousser à défendre son territoire, surtout en période de ponte, et le pousser à donner un petit coup de dent par ci, par là. 

Plongee-poisson-ange

3) Le poisson-ange nain flamme

Le poisson-ange nain est une petite espèce de poisson marin de la famille des Pomacanthidae, plus connue sous l’appellation des poissons-anges. On le trouve dans l'océan Pacifique occidental tropical au large de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande, à des profondeurs de 15 à 60 mètres.

Le poisson-ange nain flamboyant est tricolore avec un motif prédominant rouge, bleu et noir. Cette espèce présente également des rayures verticales foncées, qui peuvent être changeantes d’un individu à l’autre. Saviez-vous que le poisson-ange nain flamme naît toujours femelle ? C’est alors en grandissant que les individus vont changer de sexe pour devenir mâle. Cette transformation s’appelle l'hermaphrodisme successif de type protogyne, fascinant non ? Ce mécanisme est réversible mais prend plus de temps. Une fois ce procédé établi, il est alors très facile de reconnaître les mâles des femelles : le mâle adulte est plus grand que la femelle et possède une nageoire anale se terminant en pointe. Ce poisson habite très souvent les récifs coralliens. Il se nourrit d'invertébrés benthiques comme les crustacés et les vers. Ses principaux prédateurs sont des poissons de plus grande taille comme les mérous ou les rascasses. Le poisson-ange nain vit généralement en paires ou en groupes avec un mâle dominant entouré de plusieurs femelles et de juvéniles des deux sexes. Ces groupes sont formés naturellement par les jeunes individus après qu'ils aient atteint la maturité sexuelle (le mâle dominant étant le premier individu à atteindre la maturité). 

Plonger-ocean-indien

4) Le Coris Gaimard 

Le Coris Gaimard est un poisson originaire de l'Est de l'océan Indien. Il est également connu sous le nom de Coris africain.
Le Coris Gaimard appartient à la famille des Labridae, qui comprend d'autres poissons comme les labres et les poissons-perroquets. Ces poissons sont communément appelés "girelles" mais ce nom peut également désigner des espèces allongées de genres voisins comme la Thalasomma. La plupart des espèces se trouvent dans la zone tropicale Indo-Pacifique mais il est également possible d’observer des représentants de la famille des labres en Méditerranée ainsi que dans l’océan Atlantique.  

À quoi ressemble le Coris Gaimard ?

Le Coris Gaimard a un corps bleu/ vert, avec des rayures horizontales le long des yeux, sur la tête, et avec une queue d’un jaune vif. La partie arrière de son corps, avant sa nageoire caudale, est quant à elle d’un bleu nuit, ponctué de plusieurs points bleu électrique, une vraie merveille ! A l’état juvénile, la robe de ce Coris est tout à fait différente car posséder des couleurs si vives en étant de petite taille serait trop risqué pour cette espèce évoluant au-dessus du récif. Ainsi, lorsque le poisson fait seulement quelques centimètres de long, l’intégralité de son corps est d’un orange vif, ponctué de quelques taches blanches encerclés de noir, pouvant donner l’impression de plusieurs yeux.

Le Coris Gaimard a de petites écailles par rapport à la plupart des autres poissons de sa taille, ce qui lui donne un aspect presque lisse vu du dessus. Vous n’aurez aucun mal à distinguer les mâles des femelles car la différence est très visible. En effet, le mâle adulte est bien plus grand que sa compagne et possède un trait vertical blanc plus ou moins visible sur son flanc. 

Ou-observer-poisson-mandarin

5)  Le poisson-mandarin 

Finissons par le grand gagnant de ce concours au mille couleurs : le poisson mandarin, Synchiropus Splendidus ou encore plus communément appelé dragonnet mandarin. Ce petit poisson benthique vit uniquement près du fond, où il passe la grand majorité de son temps à picorer la coraline et le moindre interstice de rocher afin d’y trouver la macrofaune dont il se nourrit. On peut le trouver aux Philippines et dans d'autres pays d'Asie du Sud comme l’Indonésie ou encore la grande barrière de corail en Australie. Ce petit dragonnet s’apparente à la famille des gobies de par sa forme, et son corps présente une robe multicolore à dominante bleue et orange avec un abdomen plus arrondi pour les femelles (sachez bien observer).

Le poisson mandarin est l'une des espèces les plus colorées que l'on trouve dans les eaux marines d'Indonésie et d'Asie du Sud. L’ensemble bariolé d’orange ou jaune de son corps peut varier légèrement d'un individu à l'autre. En comparaison des autres poissons du récif, le poisson-mandarin ne possède pas un corps entièrement recouvert d’écailles. Il s’agit là d’une des caractéristiques distinctes qui permettent de le classifier en tant que représentant de la famille des « Synchiropus ». Le corps est entièrement recouvert d’un mucus assez épais, lui permettant de se protéger des bactéries et prédateurs grâce à l’aspect « glissant » et peu insaisissable de sa robe. Deux nageoires dorsales très développées permettent aussi d’apporter à ce poisson une puissance de couleur impressionnante, notamment avec la première nageoire dorsale équipée d’une voile. Bien que ces caractéristiques uniques permettent de l'identifier facilement dans son habitat, il convient de noter qu'il existe plusieurs autres variétés de poisson mandarin avec des couleurs similaires ou d’autres, aux couleurs oscillant entre le blanc et le rouge. Les poissons mandarins sont en général comparés à de petites libellules sous-marines à cause du mouvement de leurs nageoires pectorales, semblant battre et osciller à la manière du magnifique insecte. 

Plus-beaux-sites-pour-plonger

Voilà que ce grand festival de couleur touche à sa fin. Nous espérons que le spectacle vous a plu et que vous avez pu en apprendre davantage sur des espèces que nous ne connaissiez peut-être pas jusqu’à aujourd’hui. Pour toujours plus de lecture, de fun et de pédagogie sur les espèces marines du monde entier, nous vous conseillons de parcourir notre article sur 5 espèces aux formes et comportements atypiques ou encore sur les poissons à l’aspect bien étrange que nous vous avions présenté à halloween.



Autres actualités